Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Bulgarie, le coin de paradis d'un émigré
  • Bulgarie, le coin de paradis d'un émigré
  • : Présenter la Bulgarie, mon pays d'accueil de façon objective et réaliste - Informer et encourager au tourisme dans ce pays.
  • Contact

Me contacter

Recherche

Ou suis-je ?

Archives

Bienvenue

 

Bienvenue sur le blog d'un émigré

Willkommen auf dem Blog eines Ausgewanderten

Добре дошли в блога на преселника

22 novembre 2009 7 22 /11 /novembre /2009 23:37
De jour comme de nuit les Sofiotes aiment bien flâner dans les rues, faire du lêche vitrines, manger dans un petit restaurant sympa ou prendre juste un croissant, une patisserie, une portion de pizza
Dans un quartier en dehors du centre, dans un rayon de 200m vous trouverez de tout: depuis la supérette bien achalandée, le marché couvert fruits et légumes, les magasins de boissons, vins et spiritueux, les boucheries, les poissonneries, les patisseries, les échoppes de pain, croissants, la restauration rapide, les restaurants, alimentation pour animaux, le magasin bio, en passant par les magasins de vêtements, chaussures pour adultes et enfants, quincailleries, studio-photos, fleuristes, bijouteries, luminaires, rideaux et voilages, matériel sanitaire, matériaux de construction, carrelages, peintures, portes et fenêtres, matériel de cuisine, matériel de sport, téléphonie mobile, informatique et les services comme les banques, les salons de coiffure, de beauté, solarium, pharmacies, opticiens, garages, lavage voitures, vétérinaire, réparateurs de boilers, agences immobilières, montage de pneus, poste, clé-minute, couturières, pressing, assurances et même casinos, salles de jeu et...sex shop !
Tout cela confère à ce quartier une animation permanente jusque tard dans la nuit vu que la plupart de ces magasins sont ouverts jusqu'à 19 ou 20h ou même davantage pour certains
Voici en quelques images nocturnes une palette de ces enseignes.
Contrairement au centre ville joliment éclairé, vous noterez que Sofia se place bien dans les économies d'énergie: éclairage très spartiate surtout dans les petites rues ! Une lampe de poche n'est souvent pas à dédaigner, surtout par temps de pluie ou les inombrables flaques risquent de vous faire prendre de jolis bains de pieds !.


Repost 0
20 octobre 2009 2 20 /10 /octobre /2009 21:47
Le chauffage en Bulgarie représente souvent une part importante dans un budget familial

La situation dans les campagnes


Dans une grand majorité des villages, le gaz étant inexistant, le mazout quasiment pas usité, les maisons sont chauffées au bois ou au charbon; très peu le sont à l'électricité

La situation dans la capitale Sofia
ou dans d'autres grandes villes

L'époque du communisme a mis l'accent sur le chauffage urbain. De nombreux immeubles sont reliés à ce système par des conduites souterraines ou aériennes isolées.




Une station par immeuble avec pompe et ballon de détente permet de répartir correctement l'eau chaude sanitaire et de chauffage dans l'ensemble de l'immeuble.



La particularité dans ces anciens immeubles est que les radiateurs des pièces des appartements sont approvisonnés individuellement par colonne reliant les étages




Par contre les nouveaux immeubles construits depuis une quinzaine d'années et reliés au chauffage urbain sont conçus différemment. Une colonne unique alimente chaque appartement des étages superposés par une "clarinette" sur laquelle sont raccordés la totalité des radiateurs.



Le grand avantage de ce type de raccordement est la possibilité de se désolidariser du chauffage urbain pour diverses raisons:
- les syndics de copropriété imposant rarement l'utilisation du chauffage urbain commun, certains propriétaires préfèrant se tourner vers des métrhodes de chauffe plus économique (bois, charbon, convecteurs, climatiseurs réversibles...)



la société de chauffage peut refuser l'ouverture du chauffage de l'immeuble

- dans les quartiers approvisionnés en gaz les propriétaires ont la possibilité de faire poser une chaudière à gaz individuelle.
- dans la négative les propriétaires ont également la possibilité de faire poser une chaudière électrique.


type de chaudière électrique fabriquée par l'université technique de Sofia et vendue ICI


Voici une chaudière électrique raccordée à la "clarinette"


à droite le nouveau raccordement de la "clarinette" à la chaudière électrique - à gauche le raccordement au chauffage urbain neutralisé
L'avantage de ce système individuel (gaz ou électrique) est un meilleur contrôle de la consommation donc de la facturation étant donné que le chauffage central urbain est comptabilisé sur des compteurs de calories posés sur chaque radiateur, système très aléatoire donc peu fiable !

Les autres systèmes de chauffage par énergie alternative (panneaux solaires, géothermie profonde, chaudières à granulés bois etc) font une entrée sur la pointe des pieds dans le pays et sont encore peu répandus.
Repost 0
4 septembre 2009 5 04 /09 /septembre /2009 15:21
Récit imaginaire d'un journaliste ? malheureusement non !!

Cet été, les accidents de la route ont défrayé la chronique, après des chiffres catastrophiques en 2008. Kapital a tenté de comprendre les raisons de cette hécatombe.


Kapital “Le tueur sur la route”. C’est sous ce titre que Kapital consacre un long dossier sur la sécurité routière. Du ministère de l’Intérieur aux services techniques, en passant par l’agence chargée de l’état des routes, les journalistes de l’hebdomadaire de Sofia confirment que la corruption gangrène le système à tous les niveaux. “En construisant massivement des autoroutes depuis son entrée dans l’UE, le Portugal a réussi à diviser par deux le nombre de victimes de la route, alors qu’en Bulgarie les morts continuent d’augmenter”, constate le magazine économique.


Gueorgui est un personnage imaginaire. Mais l’histoire que vous allez maintenant lire est une compilation de faits réels, et ses acteurs existent bel et bien. Gueorgui n’a pas encore 30 ans et il a un travail ; son salaire est même supérieur à la moyenne en Bulgarie. Il veut absolument avoir une voiture mais n’a pas le permis. A l’écouter, la conduite ne lui pose pas de problèmes : il a appris sur la Golf de son frère et il veut aller vite avec les formalités. Il s’adresse ainsi à la “bonne” école de conduite avec le “bon” moniteur. Sur le papier, Gueorgui a fait les vingt-quatre heures de formation obligatoire. En fait, il a été suffisamment convaincant pour expliquer à son moniteur que la conduite n’avait pas de secrets pour lui. Le code ? “Tout le monde connaît le code”, s’amuse Gueorgui. Le jour de l’examen, il s’assoit à côté du moniteur, qui lui adresse un clin d’œil complice. Tout va bien. Quelques semaines plus tard, Gueorgui fait déjà la queue au guichet des permis à la préfecture et, le jour même, il fait le tour des marchés de voitures d’occasion de la capitale. Le permis lui a coûté 1 000 leva [500 euros] : 350 pour le code et 650 pour l’examen final, le tout payé sous la table.


Gueorgui s’arrête devant une Peugeot. Malgré ses dix ans d’âge, la voiture n’a que 90 000 kilomètres (du moins selon le compteur), et son propriétaire l’assure que c’est une véritable affaire. Si, en plus, il “resserre quelques boulons”, il n’aura aucun problème. En prime, le vendeur lui offre le contrôle technique, ce qui finit par décider Gueorgui. La voiture lui plaît. Elle a des jantes en alliage, une bonne sono et peut faire des pointes à 150, voire 170 km/h. Le jeune homme ignore que la Peugeot vient d’une casse près de Bergame, en Italie, qu’elle a plus de 200 000 kilomètres et que son précédent propriétaire était prêt à tout pour s’en débarrasser, y compris à trafiquer son contrôle technique. Grâce à quelques milliers de leva de pots-de-vins, notre conducteur est sur les routes. Il roule beaucoup, commet régulièrement des infractions. En un an, il a été verbalisé plusieurs fois pour excès de vitesse et téléphone au volant. Lorsqu’il a de l’argent sur lui, Gueorgui paie volontiers les policiers, qui n’en demandent pas plus. Mais cela ne va jamais plus loin. Une fois, les gendarmes l’ont arrêté alors qu’il avait trop bu de vodka, sans plus de conséquences. Flashé par des radars, Gueorgui n’acquitte jamais ses amendes. Il sait que l’Etat n’a pas les moyens de le poursuivre.


Si l’argent de Bruxelles n‘avait pas été détourné…


Mais, après un an, la Peugeot doit de nouveau passer le contrôle technique. Pas de problème ! Tout se passe à distance. La voiture ne monte pas sur le pont, on ne contrôle pas ses freins, ni l’usure des pneus, ni l’émission de gaz carbonique… Grâce à quelques billets, Gueorgui se procure la vignette magique et, irréprochable, il reprend le volant. Nous sommes à la fin de l’été, et notre héros prend la route de la mer. Deux heures et demie plus tard, il passe déjà Stara Zagora (à mi-chemin entre Sofia et la côte de la mer Noire). Gueorgui veut arriver vite, il dépasse les longues colonnes de camions (qui ne devraient pas rouler ce jour-là). La route devient plus étroite. Théoriquement, ici devrait déjà passer la nouvelle autoroute si l’argent de Bruxelles n’avait pas été détourné. A cause d’une erreur de conception, la visibilité est très mauvaise. Le dépassement est interdit, mais Gueorgui s’en fout. Il a de l’argent sur lui et appuie sur le champignon. Mais, cette fois-ci, il y a comme un problème : le moteur de la Peugeot s’étrangle et Gueorgui est obligé de freiner avant de se rabattre. Les plaquettes de freins avant accrochent à peine, à l’arrière seule la roue gauche ralentit. Affolé, Gueorgui tente de redresser le volant. La voiture part en dérapage…


Des telles histoires arrivent régulièrement sur les routes bulgares. Si vous conduisez, vous connaissez certainement au moins un Gueorgui. Pourtant, le facteur commun de toutes ces tragédies n’est pas Gueorgui, mais la corruption. C’est le fil rouge qui passe à travers tous les facteurs qui déterminent la sécurité routière. L’année dernière, 1 058 personnes ont perdu la vie dans un accident de la route. A titre de comparaison, le nombre d’homicides était de 129 personnes pendant la même période.


La “guerre sur les routes” n’est pas seulement un cliché policier. Même si elle existe, l’ennemi n’est pas le chauffard irresponsable mais bien la corruption. Elle n’existe pas qu’au sein du ministère de l’Intérieur (c’est là où elle est la plus visible), mais dans toutes les institutions qui répondent de l’état des routes, du contrôle des automobilistes et de l’état technique des véhicules. Ce sont elles qui portent la responsabilité de ces morts. Vous êtes un conducteur consciencieux et prudent, un bon citoyen qui paie ses impôts ? Votre vie est quand même en danger : la corruption envoie en face de vous des tueurs potentiels. La corruption se charge de vous faire rouler sur des routes en mauvais état et de vous faire croiser des véhicules sans freins. Il y a cinq ans, l’Union européenne a commencé une campagne visant à réduire de 50 % le nombre de tués sur les routes d’ici à 2010. Des pays comme le Portugal, la France et le Luxembourg ont réussi à réduire ce chiffre de près de 48 %. En Bulgarie, le nombre de victimes ne cesse d’augmenter.
Repost 0
18 juillet 2009 6 18 /07 /juillet /2009 16:47

A 15 kms au Sud de Varna, en face de la plage de Priboï se trouve le tout nouvel hôtel *** ALBICIA (АЛБИЦИЯ) que j'ai surnommé "l'hôtel aux 100 nids"

En effet cet hôtel situé dans un écrin de verdure sauvage a une particularité: sa façade est parsemée d'inombrables nids d'hirondelles que les propriétaires ont décidé de préserver. Du lever du soleil au coucher c'est donc un ballet incessant d'hirondelles infatiguables venant nourrir leur progéniture en faisant la joie des passants et des pensionnaires de l'hôtel (un peu moins celle des employés au nettoyage !)

L'hôtel, de taille modeste, ouvert en juin 2009, a 18 chambres doubles et 2 appartements climatisées tout confort avec vue imprenable sur la mer. Un restaurant de 50 places, un parking privatif viennent agrémenter ce confort. WIFI dans l'hôtel. La plage est  à moins de 30m.
De belles forêts environnent cet hôtel, offrant d'agréables randonnées.
Seul inconvénient négligeable: le transport urbain en bus passe à 2.5kms de l'hôtel mais les propriétaires offrent, si nécessaire, un transport vers ou depuis Varna (gare, gare routière ou aéroport)

La plage, longue de quelques centaines de mètres est propre, agrémentée de parasols à louer (3lv/jour soit 1.5€) et permet le jet-ski, la pêche sous-marine. Elle est principalement fréquentée par les Varnaisiens et habitants des communes environnantes. Il y a aussi 2 petits restaurants de plage.

Remarque: Cette partie de côte reste l'une des seules, sur le rivage de la Mer Noire, demeurée relativement sauvage et préservée de la multiplicité des constructions c'est pourquoi je ne peux que recommander l'endroit aux vacanciers épris de calme, de verdure. Pas de boites de nuit ou casinos à proximité. Le magasin de ravitaillement le plus proche est à 3 kms.


 
 L'hôtel, sa pergola restaurant extérieur, la rue d'accès
 l'hôtel adossé à la montagne boisée
   
 quelques exemplaires des nombreux nids d'hirondelles
 la plage vue depuis la terrasse d'une chambre de l'hôtel
   
 les amoureux des oiseaux sont gâtés !
 l'hôtel vu depuis la plage
   
 le parking privatif de l'hôtel
 lever de soleil sur la Mer Noire depuis la terrasse supérieure de l'hôtel
   
 la plage et ses petits restaurants
 les pensionnaires ailés attendent leur pitance !
   
 au loin un bateau attend son tour pour entrer au port de Varna
 l'agréable restaurant de l'hôtel sous une pergola
   
 lever de soleil depuis la terrasse d'une chambre
 
   
 un jour de grosses vagues !
 



PANORAMAS à 180 et 360° des plages et environs de Fitchosa


Accès à l'hôtel depuis Varna




Coordonnées GPS de l'hôtel: N43 08.567 E27 56.369


Repost 0
15 juillet 2009 3 15 /07 /juillet /2009 15:03

Lors de mon séjour vacances dans les environs de Varna j'ai eu le plaisir de pouvoir assister à la cérémonie très haute en couleurs de la fête nationale française et qui a eu lieu dans la cour du très beau musée archéologique de Varna. Après les hymnes français, bulgare et européen joués par la fanfare de l'équipage de l'Orion en escale à Varna, les discours de l'ambassadeur français Etienne de Poncins, du consul honoraire et du maire de Varna, les invités français et bulgares ont pu profiter du cocktail bien garni et largement arrosé offert par quelques sponsors locaux. Danses et chants ont agrémenté cette belle cérémonie. Le soleil était largement de la partie.


 
   
   
   
   
   
   
   
   
   
Repost 0
10 juillet 2009 5 10 /07 /juillet /2009 20:17

A 16kms de Varna, le long de la côte de Priboï - Fitchosa 18 "Potchivna baza" (littérallement bases de repos) se partagent le territoire. Ces "bungalows vacances" , la plupart issus de l'ére communiste, se composent en général d'une quinzaine de petits bungalows en bois (bungala en bulgare) plus ou moins entretenus, plus ou moins rénovés, sommairement équipés en général (1 ou 2 pièces, toilette douche, réfrigérateur, télé sattelite, WIFI (eh oui !), terrasse, rarement une climatisation). Certaines bases font de la restauration sommaire. La plupart sont très ombragées et se trouvent en pleine forêts très agréables.

Nous avons découvert l'une de ces bases en 2003 et 2005 et y sommes donc retournés cette année. RAISKI KAT est son nom. Très peu de choses avaient changé en 4 ans. La plage toute proche était toujours aussi sauvage, la mer toujours autant rocheuse, limpide mais peu praticable à cause des rochers. Les seules choses qui avaient disparu étaient la navette bus si pratique pour se rendre à Varna et le petit magasin d'alimentation tout proche. Ceci est un peu dommage car cela oblige les vacanciers à venir en voitures polluer cette belle région encore largement préservée.

 
 Les bungalows de Raiski Kat fraichement repeints
 Les bungalows sont accolés en rangées
   
 La chambre sommairement équipée et la terrasse
 Sous une pergola ombragée, le restaurant de la base
 
  
 Depuis la terrasse très ombragée on n'entend que le chant des grillons et, au lointain, le bruit des vagues.
 Ce mur à 15m du rivage, était, en 2005, un futur projet immobilier heureusement stoppé par la nouvelle législation de préservation du littoral.
   
 Sur la route côtière, la base voisine ROMANTIKA récemment rénovée
  Au bout de la rue côtière le bistrot DALIANA
   
 Malheureusement des campeurs ou pique-niqueurs sont peu respectueux de la beauté des lieux
 Le camping sauvage est très répandu sur ce littoral
   
  Les feux de barbecue ou même les feux ouverts sont très fréquents et présentent de gros risques d'incendie
 Des campeurs peu respectueux !!
   
   
   
 A quelques mètres du rivage ce site, retourné par les pelleteuses a heureusement été épargné du béton !
 Qu'elle honte ces dépots d'ordures laissés par des campeurs indélicats !
   
 Plage de Tchernomorets - les bulgares aiment bien avoir leur voiture à proximité !!
 Plage de Tchernomorets
Repost 0
26 juin 2009 5 26 /06 /juin /2009 11:46

Voici, depuis quelques jours, la toute nouvelle piste cyclable longeant le Bd Totleben et Tsar Boris III entre le rond-point de Russki pametnik et le Bd Nicolas Petkov qui rejoint le périphérique soit la limite des quartiers Ovcha Koupel et Gorna Bania
D'une longueur totale de 5.5 kms c'est une piste macadamée avec un marquage médian jaune continu soit un côté pour les piétons et l'autre pour les cyclistes

Une excellente initiave de la ville qui, espérons-le, se multiplieront à Sofia car la circulation des deux roues y reste relativement dangereuse


 
Parallèle au Bd Tsar Boris III (route pavée) la piste cyclable avec les marquages bien voyants La piste deux roues traverse les carrefours
 
 Début de la piste côté Gorna Bania
 Début de la piste côté Russki pametnik



En rouge le tracé de toute la longueur de la piste

En 2011 une nouvelle piste, perpendiculaire à celle-ci, longue de 2kms entre le bd Tsar Boris et l'entrée du Yushen Park a été terminé.


Repost 0
7 juin 2009 7 07 /06 /juin /2009 14:37

Les élections européennes en Bulgarie (07 juin) et aussi les élections parlementaires (05 juillet) sont, pour certains partis, l'occasion d'acheter les voix des électeurs, surtout celles des tsiganes et des retraités, les électeurs les plus pauvres du pays et cela dans certaines grandes villes mais aussi et surtout dans les petits villages et régions pauvres.

Par exemple le parti turc (DPC) Движение за права и свободи (mouvement pour les droits et libertés) a les pratiques suivantes:
- 30 Lv (15€) et un poulet !
- 20 Lv (10€) pour une photo gsm du bulletin de vote à déposer dans l'urne !

Le parti socialiste/communiste (BCP) Български Социалистически Партия   Коалиция за България  parti du 1er ministre Stanichev) reste un peu plus discret sur l'achat des voix mais par contre il harcèle les électeurs par tél pour les inciter à voter pour eux et se propose même de faire le taxi !

Selon une estimation plus de 700000 voix seront ainsi achetées pour ces élections.

Les médias relatent amplement ces pratiques et participent aux enquètes pour les dénoncer en force.

Plusieurs recours administratifs contre de telles pratiques ont déjà été déposé.

Autre point à signaler:
Durant ces deux journées d'élections dans TOUS les les restaurants, débits de boissons et magasins d'alimentation il est interdit de servir ou de vendre de l'alcool !!

Repost 0
27 mai 2009 3 27 /05 /mai /2009 22:41
Pour mettre en valeur certains lieux remarquables en Bulgarie voici quelques panoramas à 180 ou 360° photographiés au grand angle (25mm Sony) - cliquez sur l'image pour voir en taille réelle

SOFIA et ENVIRONS

 

Panorama universite 0210
Station de métro université St Kliment Okridski en hiver (après midi)

Station de métro université St Kliment Okridski (matin)
 
Station de métro université St Kliment Okridski (soir)
Pont des amoureux

Parvis du NDK
 
Place de la cathédrale Nevski
 
Station de métro Levski
 
Place Battenberg
Place Osvoboditel
Sofia depuis Boyana
Periphérique de Sofia - Bd Bulgaria
Periphérique de Sofia - Bd Bulgaria - film N&B Kodak tri X - Mamiya RB67
Panorama sofia 2
Panorama yushen-park2a
Yushen Park côté Losenets
Panorama parvis-NO-NDK 020612a
Parvis Nord-Ouest du NDK vu depuis l'étage supérieur du NDK
Panorama parvis-NDK 020612a
Parvis Nord-Est du NDK vu depuis l'étage supérieur du NDK
Panorama Yushen-park 140612
Yushen Park après rénovation - juin 2012
Panorama Yushen-park 140612 2
Entrée du Yushen Park après rénovation en profondeur - juin 2012
Panorama Sofia-Kopitoto
  Sofia depuis les hauteurs de Kopitoto - aout 2012
Panorama Sofia-Vitocha NDK
  Sofia - Vitocha depuis une terrasse du NDK - nov 2012
Panorama Sofia-Kopitoto-dynax-7000i
  Sofia depuis les hauteurs de Kopitoto - sept 2012

 


VARNA et ENVIRONS

 
 La plage de Priboï
 
 La plage de Fitchosa
 
 Lever de soleil sur la plage de Priboï depuis le toit de l'hôtel Albicia
 
 Coucher de soleil plage de Priboï depuis le toit de l'hôtel Albicia
 Galata depuis la route côtière de Fitchosa
 
360° sur la route de Galata - Rakitnika

Repost 0
25 mai 2009 1 25 /05 /mai /2009 16:20
Début septembre a été inauguré la station de métro de l'université Kliment Okridski
Cette inauguration met un terme final au chantier de la totalité de la ligne:
Obelia - Mladost qui comprend 14 stations

Le temps de parcours Mladost - Obelia (arrêts compris) est de 27mn 45s (entre midi et 13h)

De A temps de parcours
(hors arrêts)
temps de parcours avec arrêts
Obelia Slivnitsa 2mn 32s  
Slivnitsa Lyulin 1mn 46s  
Lyulin Zapaden Park 1mn 34s  
Zapaden Park Vardar 1mn 38s  
Vardar Konstantin Velitchkov 1mn 52s  
Konstantin Velitchkov Opalchenska 1mn 23s  
Opalchenska Serdika 1mn 15s  
Serdika Univ. K. Okridski 1mn 40s Obelia - Uni 17mn 25s
Université K. Okridski Vassil Levski 1mn 10s  
Vassil Levski Joliot Curie 2mn 42s  
Joliot Curie Dimitrov 1mn 48s  
Dimitrov Moussagenitsa 1mn 10s  
Moussagenitsa Mladost 1 1mn 33s Univ - Mlad 10mn 20s
       

Vue panoramique sur la récente station "université Kliment Okridski"


 
 Sur le parvis de la station de l'université Kliment Okridski
 Un petit étang dans le parc
   
   L'entrée du métro dans le passage souterrain devant l'université
   


Vue panoramique sur la 1ère station de métro de la ligne: Sv. Nedelya - Mladost
à côté du stade Levski

 



 
Immense parking vélo devant le métro Entrée du métro joliment aménagée
   
Le hall d'accès à la ligne   "pas de photos" m'a dit le monsieur ! (site sensible ?)
 
 Escaliers d'accès aux voies
 Intérieur d'une rame avec annonce visuelle et sonore des stations
   
 Les quais de Mladost
 
   
Jolis aménagements de verdure Avec beaucoup de bancs

Stations et temps de trajet heures creuses:

STADE LEVSKI - Joliot Curie: 3mn36
Joliot Curie - Dimitrov: 2mn06
Dimitrov - Moussagenitsa: 1mn43
Moussagenitsa - MLADOST 1:  1mn23

soit un temps total de 8mn50s

Au 1er aout 2009 seul le tronçon Levski - Mladost 1 est ouvert dans les deux sens

Coût du billet plein tarif: 1 lv valable aussi longtemps qu'on ne quitte pas l'une ou l'autre station
Repost 0