Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Bulgarie, le coin de paradis d'un émigré
  • Bulgarie, le coin de paradis d'un émigré
  • : Présenter la Bulgarie, mon pays d'accueil de façon objective et réaliste - Informer et encourager au tourisme dans ce pays.
  • Contact

Me contacter

Recherche

Ou suis-je ?

Archives

Bienvenue

 

Bienvenue sur le blog d'un émigré

Willkommen auf dem Blog eines Ausgewanderten

Добре дошли в блога на преселника

9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 18:19

La Bulgarie est en deuil – Sa Sainteté Maxime, patriarche des Bulgares et métropolite de Sofia, s’est éteint le 6 novembre à l’âge de 98 ans. En ce jour, la communauté chrétienne de notre pays a perdu une personnalité qui avait voué toute sa vie à la spiritualité et à la bienfaisance. Nikola Hadjiev – directeur du Musée ecclésiastique national et expert en théologie, revient sur quatre décennies d’histoire, marquées par la présence de Maxime à la tête de l’Eglise :

« Les fidèles garderont l’image d’un Patriarche humble qui, en dépit de sa charge publique, menait une vie de moine. Avant de se voir confier la responsabilité de notre Patriarcat, Maxime fut tout d’abord métropolite de Lovetch, représentant de l’Eglise bulgare à Moscou et Secrétaire général du Saint-Synode – le principal organe décisionnel de notre communauté orthodoxe. Maintes fois défié dans sa gestion et dans son sacerdoce, surtout à cette époque trouble des années 1990 quand l’Eglise faisait l’objet d’attaques de toutes parts, le Patriarche Maxime est resté fidèle aux valeurs de l’orthodoxie et de la foi chrétienne, d’une manière générale. »makcim

Ce vide, créé par la disparition soudaine de Maxime, pose inévitablement la question de sa succession. Quels défis et quelles réformes pour l’Eglise orthodoxe bulgare :

« Le Patriarche Maxime a joué, sans aucun doute, un rôle fédérateur en s’opposant aux velléités schismatiques qui ont mis à l’épreuve l’Eglise par le passé. » – poursuit M. Hadjiev. « Il a su chasser le spectre de la division, en œuvrant pour l’unité. Celui qui lui succédera devra s’inspirer de l’héritage moral, laissé par le Patriarche Maxime, pour garantir l’équilibre interne de l’Eglise et assumer pleinement son rôle de guide spirituel de notre société. »

 

makcim1Le 9 novembre aura été un jour de deuil national pour honorer la mémoire de sa Sainteté Maxime. Le jour du service funèbre et des obsèques, le drapeau national avait été mis en berne. En hommage au patriarche Maxime, toutes festivités publiques ont été reportées. En la cathédrale Saint Alexandre Nevski s’est déroulé le service funèbre. Le patriarche œcuménique Bartholomée Ier s’est incliné une nouvelle fois devant la dépouille du primat de l’Eglise orthodoxe bulgare et l’a béni en faisant le signe de la Croix. Pour les obsèques du patriarche Maxime des dignitaires religieux orthodoxes de Russie, Roumanie, Géorgie, Serbie, Pologne, Tchéquie, Albanie ainsi que de nombreux évêques et membres du clergé ont fait le déplacement de Sofia. Le président de la république Rozen Plevneliev, l'ancien président Parvanov, la présidente de l’Assemblée nationale, le premier ministre Boiko Borissov, des membres du cabinet et d’autres personnalités politiques se sont également recueillis. Les obsèques ont eu lieu au monastère de Troyan, où dans sa jeunesse le patriarche a servi comme moine.

Partager cet article

Repost 0

commentaires